1er exercice : développer l'écoute

Allongez vous et, pour éviter de vous refroidir, couvrez vous d’une couverture légère qui ne doit pas peser sur vous. Bras et jambes écartés, paumes tournées vers le haut, les yeux fermés, effectuez 5 respirations calmes et profondes.

1) Puis tournez votre attention vers les bruits les plus lointains puis sur les bruits de plus en plus proches de vous jusqu’à la pièce où vous vous trouvez. Visualisez en le contenu, les murs, le plafond, la fenêtre, les rideaux … et vous-même, allongé, comme si vous vous trouviez à l’extérieur de vous-même, comme si vous étiez sorti de votre corps.

2) Maintenant sentez bien les points d’appui de votre corps sur le matelas ou le canapé : l’arrière de votre tête, les omoplates, les coudes, le dessus des mains, les fesses, l’arrière des genoux (si vous avez placé un coussin dessous à cause de vos lombaires), les talons.

3) Comme dans les exercices précédents, relâchez chaque partie de votre corps. Si vous n’y arrivez pas encore totalement, ne vous en faites pas. Continuez l’exercice :

4) Portez votre attention vers le contact de la couverture et de vos vêtements, à toutes les sensations que procure leur glissement sur votre peau au rythme de votre respiration.

5) Maintenant, en faisant le circuit habituel vous allez, non pas décontracter les parties de votre corps (elles le sont déjà) mais les sentir, lentement, ressentir leur présence et leur rattachement au reste du corps. Prenez votre temps : le pouce gauche, son ongle, son articulation, puis tous les doigts de la main gauche de la même façon, le dessus de la main, sa paume, toute la main ; le poignet, son articulation, l’avant bras gauche, le coude, le haut du bras, tout le bras gauche ; l’épaule gauche, son articulation, descendez sous l’aisselle gauche, puis tout votre côté gauche, la hanche, la cuisse gauche … jusqu’à votre pieds gauche dont vous ressentirez chaque orteil comme vous l’avez fait pour les doigts. Passez au pied gauche et remontez le long de votre côté droit. Ressentez le de la même façon que le côté gauche. Sentez votre dos, votre nuque, votre ventre, votre poitrine, sentez votre visage, vos oreilles, vos cheveux, vos yeux dans leur orbite, vos cheveux ; sentez votre corps se soulever à chaque respiration ; sentez l’air entrer par le nez, descendre le long de la trachée et venir emplir vos poumons puis repasser par la trachée et ressortir par le nez.

. Lorsque vous avez terminé ce nouveau circuit, vous pouvez vous arrêter. Etirez vous.

> En portant votre attention sur votre corps vous vous êtes mis à l’écoute de celui-ci. Vous avez sollicité chacune de ses parties et celles-ci ont répondu en vous envoyant un message que vous avez perçu au travers des sensations que vous avez ressenties. Vous avez établi un début de contact avec lui. Laissez le vous parler et soyez simplement à son écoute, le but étant, à terme, de recevoir des messages sans en envoyer. Ces messages vous sont propres et ne ressemblent en rien à ce que pourrait ressentir une personnes dans les mêmes conditions. C’est normal : c’est votre corps et non celui du voisin qui vous parle. Donc, il n’y a aucun intérêt à comparer ses sensations, ces messages avec quelqu’un d’autre.
De plus, lorsque votre attention est tournée vers votre corps, lorsque vous êtes à son écoute, ne vous attendez à rien en particulier, n’ayez aucune idée préconçue, cela bloquerait votre perception et fausserait le dialogue entre votre corps et vous.

Si l’écoute de votre corps a été assez intense, vous avez du remarquer que votre respiration s’est arrêtée à certains moments. En effet, pour écouter les réponses de votre corps vous avez, sans vous en rendre compte, ralenti votre respiration allant parfois jusqu’à l’arrêter.
Qui n’a jamais suspendu sa respiration pour mieux écouter un bruit. On se fige et on arrête, d’instinct, de respirer pour tendre l’oreille.
Ce même processus s’est mis en route pendant votre dernier exercice.
Ce qui nous amène tout naturellement au second exercice.
Retour Menu









Mentions légales